Et je me suis terriblement ennuyée.

J’y suis allée avec mon ami, que nous appellerons « Joël », dans l’intention secrète de le coincer sur un coin du dance floor, dans la chaleur moite, avec un peu d’alcool dans le sang. Son prétexte à lui pour y aller avec moi, c’était que je l’aide à repérer des filles potentiellement intéressées et à les mettre en contact. (Il faut savoir que la dernière fois qu’on y avait été ensemble, il avait réussi à se faire draguer par une jeune fille et était tombé à terre des suites d’un malaise vagal au beau milieu de cet évènement). Par un hasard malchanceux nous sommes tombés nez à nez sur celui que nous nommerons « Li », ami de Joël et vague ex petit copain de ma personne, accompagné d’une de ses connaissances rebaptisée pour l’occasion « Chang ». Avec Li entre nous, occupé à se moquer de tout le monde, impossible de mettre mon plan machiavélique à exécution. Cela dit il avait raison de rire, Li, parce que le Rosa Bonheur, ce n’est vraiment plus ce que c’était, la piste de danse avait des airs de Cour des Miracles, et donc si j’avais voulu reporter mon dévolu sur quelqu’un d’autre dans l’assistance c’eût été difficile : « pas le moindre petit morceau de mouche ou de vermiceau » aurait dit Lafontaine. En effet, coincée sur la piste entre 3 petits gros qui me fixaient d’un air avide derrière leurs lunettes et me faisaient tournoyer de leurs grosses paluches humides dans l’effluve de leur forte transpiration sur un air de cha cha cha, j’avais juste envie d’envoyer des fusées de détresse et de quitter ce lieu en courant.

Je me suis finalement faite raccompagner en voiture par Chang, qui habite presque le même arrondissement et qui a, je pense, tenté un instant drague de la dernière chance en me proposant un ultime verre sur une péniche à BNF. Je me suis enfuie assez vite de sa voiture quand il est entré dans ma rue, ne laissant pas derrière moi mon numéro de téléphone.

J’étais heureuse de rentrer enfin, jusqu’à ce que je tombe sur ma soeur, avec laquelle je vis, en plein ébat sexuel au milieu de l’appartement.

Publicités